Il est une évidence splendide et lumineuse dans l'œuvre de Hassan El Glaoui. L'art de peindre est chez lui une manière élégante de prendre de la distance et de se décaler par rapport au réel. Il le contourne en passant de l'autre côté des apparences.

Tahar Ben Jelloun
Hassan El Glaoui
Hassan El Glaoui

Hassan El Glaoui est né à Marrakech, Maroc, en 1923. Il était le fils du dernier pacha de Marrakech et le père de la fondratrice de la foire 1:54, Touria El Glaoui. Il est l'un des artistes les plus célèbres du Maroc, si ce n'est la quintessence de l'artiste marocain.

El Glaoui a commencé à peindre de manière autodidacte. Son père lui a permis de poursuivre sa carrière d'artiste grâce à Winston Churchill, un grand ami du Pacha. Issu d'une famille berbère, la carrière de peintre était décalée. Plus tard, un autre ami de la famille, Sir Anson Goodyear (fondateur du MoMA à New York) a vu son travail et l'a encouragé.

Ainsi, en 1952, El Glaoui s'est rendu à Paris. Il y a exposé son travail à la galerie Weill alors qu'il étudiait à l'Académie des Beaux-Arts. Il est retourné au Maroc 13 ans plus tard.

Hassan El Glaoui, Fantasia
Hassan El Glaoui, Fantasia

Si le travail d'Hassan ne peut se limiter aux scènes équestres, celles-ci constituent une part importante de son œuvre. Le dernier pacha de Marrakech, son père, était d'origine berbère. L'art de la guerre est inhérent à la culture berbère. Ainsi, très jeune, Hassan s'est vu offrir un poney. De plus, il a vu son père monter à cheval à de nombreuses reprises et la tradition de la Fantasia fait partie de la culture du Maghreb. C'est pourquoi, après avoir été témoin de tant de scènes de Fantasia et d'équitation, ce thème est omniprésent dans l'œuvre du peintre.

La Tbourida

Le Tbourida, également appelé Fantasia, est un spectacle traditionnel que l'on retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Mali, au Niger et en Mauritanie.

La Fantasia remonte au XVe siècle et est la reconstitution des combats entre les Arabes et les Berbères. Un groupe de cavaliers en tenue traditionnelle charge, en file, à la même vitesse. A la fin de la charge, ils tirent tous vers le ciel à l'aide de mousquets ou d'anciens fusils.

Si la Fantasia était autrefois une tactique de combat, elle est aujourd'hui une performance. Au Maroc, ces représentations ont lieu lors de fêtes culturelles ou religieuses et notamment lors des célébrations de l'anniversaire du roi Hassan II.

Le Portrait

Ceux qui disent que je suis le peintre des chevaux ne savent rien de ma peinture...

Hassan El Glaoui
Hassan El Glaoui, Portrait of a woman in the garden, 1950

En effet, El Glaoui est célèbre pour ses représentations de chevaux. Il est également célèbre pour ne pas avoir suivi les querelles qui ont eu lieu au sein de la peinture marocaine contemporaine. Il n'a pas quitté le figuratif pour l'abstrait et a conservé son style unique.

Mais il n'a pas seulement peint la Fantasia. Hassan El Glaoui était également un excellent portraitiste et peintre de natures mortes.

Ses portraits rappellent ceux réalisés par un Matisse ou un Raoul Dufy. Cependant, le sujet reste traditionnel comme dans ce portrait. Portrait d'une femme dans le jardinLa peinture, réalisée au début de sa vie, montre clairement ses influences.

Le jaune et le bleu sont deux couleurs primaires. Comme les expressionnistes européens (Matisse, Kirchner, etc.), El Glaoui utilise des couleurs primaires dans ses peintures. Les couleurs véhiculent l'émotion.

De plus, la femme porte des vêtements traditionnels. Cela montre qu'Hassan El Glaoui ne voulait pas seulement suivre la voie de ses pairs européens, mais plutôt en tirer le meilleur parti.

Nature Morte

El Glaoui a également peint des natures mortes magnifiquement modernes.

Hassan El Glaoui, Still life with apples and lemons

Celui-ci, avec des pommes et des citrons, est l'un de mes préférés. Je le trouve extrêmement moderne dans le choix des couleurs. En effet, cette blancheur extrême se retrouve plus souvent dans les peintures abstraites. Maurice Denis a également utilisé beaucoup de blanc. Cependant, dans l'œuvre de Denis, la couleur blanche est liée au christianisme. Ici, le sujet n'est pas religieux et pourtant les fruits sont présentés comme s'ils étaient sacrés.

Le peintre a également joué avec différentes nuances de blanc et de couleurs pâles. Ce faisant, il a montré sa virtuosité dans le maniement des couleurs, le blanc étant l'une des couleurs les plus difficiles à utiliser.

Sa fille, fondatrice de 1:54 Art Fair London, New-York et Marrakech, porte désormais l'héritage de son père, décédé en 2018.